FR / EN
Accueil"/
Angalia - Qui sommes-nous? separateur Angalia - Artistes separateur Angalia - Actualités separateur Angalia - Pourquoi le Congo ?
ligne

Amani Bodo


Amani Bodo
Né en 1988 à Kinshasa (RDC). Vit à Kinshasa.
 
Amani Bodo est le fils cadet du regretté Pierre Bodo (1953-2015). Très doué pour le dessin, le jeune Amani découvre très tôt sa vocation. A l’école il aime mieux crayonner que jouer les premiers de la classe. Son père comprend très vite, il n’insiste pas et lui ouvre les portes de son atelier. C’est ainsi qu’Amani commence à peindre dès l’âge de dix ans. Il vend sa première toile à 16 ans, commence à vivre du métier d’artiste à 20 ans et entre à 21 ans dans la collection Pigozzi. Après s’être essayé au style populaire, il trouve sa voie dans une peinture figurative et symbolique aux accents surréalistes, nourrie par l’univers artistique familial. Sur la toile il met en scène ses idées, ses visions et parfois même ses rêves. Il montre une grande maîtrise technique. Reconnaissable entre mille, le fond de ses tableaux vaut signature artistique. Le Mwangisa, comme il le nomme, est un précipité de couleur moucheté, une nébuleuse cosmique qui accroche immédiatement le regard et contribue à l’éclat et au mystère de ses œuvres.

Depuis peu Amani a renoué avec l’univers des sapeurs, qu’il a toujours affectionné et dans lequel il excelle, mais qu’il ne s’était jamais autorisé à investir réellement afin de ne pas empiéter sur l’univers artistique de son père. En 2016 il a connu un grand succès à Kinshasa avec son exposition « Tambola Malembe », à l’espace Texaf-Bilembo, dans laquelle il présentait notamment une série intitulée « Tous sapeurs ». Amani n’a pas manqué d’y rendre un hommage artistique appuyé à son père, notamment avec le tableau « Bodo dans ses œuvres », où l’inventeur des hommes oiseaux trône, enjôleur, parmi ses créatures reconnaissantes. De toute évidence, le père ne s’était pas trompé. Son fils cadet était né pour l’art. 

> CV
 



Catalogue de l'exposition "Tambola malembe" | Kinshasa, mars-avril 2016