FR / EN
Accueil"/
Angalia - Qui sommes-nous? separateur Angalia - Artistes separateur Angalia - Actualités separateur Angalia - Pourquoi le Congo ?
ligne

JP Mika


JP Mika
Né à Kinshasa (RDC) en 1980. Vit à Kinshasa.

Très doué pour le dessin, Jean-Paul Nsimba Mika commence très jeune, dès l’âge de 13 ans, à peindre des panneaux publicitaires pour gagner un peu d’argent. Issu d’une famille pauvre, il entreprend des études commerciales tout en s’efforçant de générer des revenus et de mettre de l’argent de côté. Il entre finalement à l’Académie des Beaux-arts sur le tard, en 2005, et en sort diplômé en 2007. Chéri Chérin le prend alors sous son aile et lui offre l’opportunité d’un premier voyage hors des frontières, en 2008, pour exposer à Bilbao.
 
Commence alors une évolution artistique qui verra Mika s’émanciper graduellement du maître. Il délaisse peu à peu la figuration narrative pour évoluer vers la simplification des compositions. En 2011, il entame sa série « Deux temps, deux modes », dans laquelle il confronte les modes passées et présentes,  mettant en scène des animaux – dans la continuité d’un style populaire qui affectionne les représentations animales – puis, de plus en plus, des hommes. La dualité s’inscrit parfois dans un seul et même personnage figuré moitié dans  son état de jeunesse, moitié dans son âge actuel. Finalement, à partir de 2013, cette évolution débouchera sur une prédilection pour les portraits. JP Mika opte pour des fonds très colorés, en peignant sur des tissus à motifs fleuris qui évoquent les papiers peints d’antan. Ces représentations au tour volontairement suranné rappellent les portraits photos réalisés en noir et blanc dans les années 1960 par Seydou Keita, Malick Sidibé ou Jean Depara. Mika y met en quelque sorte la couleur, en y portant une touche de dérision, de nostalgie, voire de douceur.
 
Il n’oublie pas la référence aux sapeurs congolais et se met volontiers en scène lui-même, avec cette extravagance savamment contrôlée propre aux artistes congolais. Il se croque sans complaisance mais sans fausse retenue. Après tout, il est un sujet intéressant lui aussi, l’enfant de N’Djili qui rend le public témoin de son rêve. Un rêve qui s’est réalisé durant l’été 2015, lorsque JP Mika a triomphé dans « Beauté Congo  », l’exposition de la Fondation Cartier à Paris (juillet 2015-janvier 2016). 



Catalogue de l'exposition "JP Mika!" | Kinshasa, jan-mars 2015


Entretien avec JP Mika à l'atelier - Kinshasa, mars 2015